Chers partenaires,

Compte-tenu des mesures prises pour éviter la propagation du COVID-19,
l’équipe de Banlieues recourt au télétravail et nos bureaux sont fermés jusqu’au 5 avril.

Nous mettons tout en œuvre afin que vos services informatiques et web puissent fonctionner durant cette période de confinement
afin de vous permettre de rester en lien avec vos collaboratrices et collaborateurs tout en préservant leur santé.
Pour vos demandes d’interventions techniques, nous vous prions d’envoyer un mail à support@banlieues.be
Pour les questions d’ordre général, l’adresse info@banlieues. be sera privilégiée

Merci pour votre compréhension

Atelier de pensée collective à l’université populaire de Bruxelles


16/04/2017 Banlieues 0 message

Le jeudi 16 mars à 18h30, l’UP vous invite à participer à son atelier de pensée collective sur la thématique de la non-inocence


Être responsable de ce qu’on n’a pas choisi ?

Il y a la responsabilité associée à la notion d’innocence qui renvoie au couple innocence/culpabilité. On cherche l’existence d’une faute -ou l’absence de faute- qu’il s’agit d’imputer à un individu ou un groupe. « Je n’ai rien à voir avec la colonisation, ce n’est pas ma faute ». « Je dois licencier la moitié du personnel mais je n’y peux rien, c’est ça où c’est l’entreprise qui coule ». « Excusez-moi madame mais je ne fais que mon travail. » « C’est la faute au capitalisme, à la mondialisation ». « C’est la faute à l’obscurantisme religieux, au repli communautaire, à l’entre-soi ».

Il y a une responsabilité bobo qui est de prendre sa petite quote-part de responsabilité. Une responsabilité limitée… qui culpabilise un peu : sur l’histoire coloniale, l’écologie, ou les inégalités sociales. Et qui se dégage en fin de compte de toute responsabilité, parce que, tout de même elle culpabilise, et culpabiliser c’est être une victime aussi. Puis, culpabiliser c’est pas bien… Bref une sorte de responsabilité sans responsabilité, parce qu’elle n’engage à rien.

Mais tout ceci entraîne différentes manières d’agir, ou d’impuissance à agir.

Le problème est qu’à force de n’y être pour rien dans rien il est difficile d’agir dans le monde.

C’est peut-être une des manières de continuer à penser en termes de non-innocence, penser la responsabilité non plus comme ce qui nous est imposé, mais comme ce dans quoi on est engagés. Avoir la capacité de répondre des questions de notre époque.

Plus d’innocence donc, mais plus de culpabilité non plus. Quoi alors, comment faire avec ce qui arrive ? D’où la responsabilité comme « capacité de répondre ». Rapport a-moral à ce qui survient, peut-être, pratique. Élaboration patiente de rapports entre des mondes, des manières. Capacité à être touché, déplacé, transformé. Attention à l’événement. Capacité à la rencontre au risque d’être bouleversé.

info et lien
JPEG - 184.6 ko


Dans la même rubrique


Formation Multimedia 2020

Le 7 avril 2020

18 JOURS, 3 FORMATION - LE NUMERIQUE ET LES METIERS DE LA...


Les infatigables parfaits présentent leur Topo

Le 13 juin 2015

la compagnie des infatigables parfaits donne rendez-vous à leurs...


Interface3 fête ses 30 ans

Le 15 mai 2017

Le samedi 1er juillet 2017, interface3 fêtera ses 30 ans à la salle...


La Grande Parade, le 29 mars

Le 29 mars 2015

Notre prochain grand rendez-vous : La Grande Parade, le 29 mars...


Le CAFA fête ses 30 ans

Le 12 octobre 2016

Actif sur la Commune de Saint-Gilles dans les domaines de...


Université Populaire de Bruxelles : plusieurs dates à retenir

Le 15 mai 2017

"Le salariat en question" (15 mai), "la précarisation du travail"...


Formations techniques de communication multimedia

Le 21 août 2018

Vertige est une asbl qui a vu le jour en décembre 2001 pour...


UNE RENCONTRE REFLEXIVE

Le 7 novembre 2016

A l’occasion du Parcours Diversité de Saint-Gilles qui a lieu du...


TECHNIQUES DU SPECTACLE

Le 31 août 2016

CENFORGIL organise une Préformation aux métiers du spectacle et de...


LE CHANT DES HOMMES

Le 11 avril 2016

Un film réalisé par Bénédicte Liénard et Mary Jimenez. CINÉ-DÉBAT...